Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Mar

Laïcité ?...

Publié par laurentgantner  - Catégories :  #Société - Politique

389857_10200915957880405_699858194_n.jpg

 

                                                                                         par matthieu GODARD

 

 

 

Ils n'ont jamais voulu comprendre Karl Marx !

 

Michael Löwy parle de marxisme et de théologie de la libération parce que son seul but est de conforter la puissance de l'Etat, certes en améliorant la condition des pauvres mais surtout en interprétant le marxisme à partir d'un passé dont il n'était pas orienté vers un avenir dont il se sentait plus proche... Là où je ne suis pas d'accord avec son sens intellectuel au service – conscient ou non – des pouvoirs dominants c'est lorsqu'il affirme que «le marxisme n'est pas la seule science sociale » et dans un premier temps, il a entièrement raison mais là où il ne développe pas suffisamment en profondeur sa réflexion aurait été d'ajouter que c'est la seule, en tous cas, qui ait sût rester « en dehors du capitalisme »...Et pour cause... Karl Marx n'avait ni l'ambition, ni la vocation de donner des ordres de changement ayant pour buts la transformation du monde même si pourtant il lui venait à la suggérer, à l'encourager et à la souhaiter notamment à la fin de quasiment tous ses exposés aux vues de la manière dont il percevait le niveau d'exploitation et de non partage des richesses que le système capitaliste se permettait de faire peser sur les épaules des travailleurs qui allaient devenir des salariés, de la main duvre bon marché qui allait se transformer en actifs sans emplois... Mais ses développements, forts nombreux au demeurant, restaient toujours dans une discipline axiologique et une propédeutique qui se suffisaient toutes à se contenter d'établir un simple descriptif des situations capitalistes que la société humaine venait à rencontrer de son temps et qui ont bien évoluées au pire, cela va sans dire, même si les mauvais élèves qui se refusaient à le lire, trouvaient toujours cela difficile Le Capital... C'est pourquoi le marxisme est toujours resté une fiabilité à toutes les épreuves historiques de notre monde et non pas une simple théorie ou une doctrine qui auraient servies à nourir un pouvoir quelconque mais se contentât toujours d'établir un vulgaire descriptif de la pire des exploitations humaine qu'un système (le capitalisme) cherchait à établir et à développer par rapport à un pouvoir que des cols blancs aux démocrates, une certaine élite voulait maintenir... Se contentant ainsi de décrire un système dépendant d'un pouvoir environnant, il n'en fut pas mécontent d'en établir ensuite des perspectives de modifications possibles qui découlaient d'elles-mêmes sans forcément «vouloir changer le monde » comme certains prétendent le dire en faisant penser que ce serait là le but final en se basant sur des moments d'exaltation éphémères, oubliant toujours que de cette situation capitaliste dominante, pour changer quoi que ce soit, il fallait d'abord opérer, sur chaque individu, une prise de conscience sérieuse capable de déboucher sur le changement de soi-même et de tous les particuliers appartenant à une masse prolétarienne avant que de vouloir transformer le monde. Sans vouloir le transformer, il se rendait bien compte dans ses études et son travail que cela découlerait de source et allait aller de soi... Non content de travailler par ses écrits à décrire le monde au lieu de vouloir le transformer, il allait donner qui plus est, les meilleurs outils au capitalisme pour perdurer... Certaines fortes têtes appelleraient cela la «rupture historique » !... Pour souvenir exemplaire, cette fourchette de l'heure de travail en travers de laquelle l'ouvrier ne récupère qu'un à trois dixième du revenu d'une heure de travail tandis qu'une bonne moitié va dans la poche du patronat (les pères ou les enfants du capitalisme, on ne sait plus très bien !) tandis que de deux à quatre dixième, selon les situations, servaient à être réinjectées dans le financement des matières premières ou de la main d'œuvre renouvelable... Le coût du travail, ils appellent cela aujourd'hui !... Descriptif ! Mais qui solidifie le système dans ce qu'il a de plus veule et rebutant lorsqu'il en vient à considérer – puisqu'il lui est donné le droit ou l'usurpation – de la matière humaine utilisable et corvéable à merci.... Mais de quel droit au juste ? Ainsi donnait karl Marx, par ses études sur un système en plein essort, les recettes pour encore mieux exploiter les travailleurs, payés aux minimas sociaux ! (?)

 

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Articles vraqués en réaction à l'actualité et aux webspeak qu'elle suscite