Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Jan

Question du chômage et des aides engagées pour favoriser l'emploi après le Sommet Social de la matinée voulu par le Chef de l'État à l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale.

Publié par laurentgantner http://www.youscribe.com/cavailles3  - Catégories :  #Société - Politique

Baroud d'honneur de l'équipe gouvernementale qui rapporte ses solutions concrètes issues de près de quatre heures de discussions avec les syndicats et différents partenaires sociaux… Si la charnière de cette problématique gravite autour de la relance économique il n'est pas certain que l'évidence à diminuer le coût du travail et la volonté d'infléchir la courbe des déficits publics y suffisent.

 

Salut fraternel et amical du Président de séance à un représentant de Maurice en introduction…

 

Après quatre heures de discussions avec les partenaires sociaux Xavier Bertrand déclare que contrairement à ce que pensait François Mitterrand et bien non, on n'a pas tout essayé pour infléchir la courbe de l'accroissement du nombre de sans emplois… Tous veulent produire, s'inscrire dans un schéma de rentabilité et recherchent la méthode appropriée pour s'extirper de la difficile situation économique et sociale dans laquelle nous nous retrouvons aujourd'hui...

 

Jean-Paul Lecoq, Gauche démocrate et républicaine Seine-Maritime fait une entrée en matière marxiste et critique vivement les "réformes régressives et inhumaines" soumises "aux puissances de l'argent" où l'humain, mis au service du capital, reste encore et pour longtemps sans doute, au centre d'une polémique historique… Le soutient indéfectible voué aux banques et aux spéculateurs ne laissent rien présager de bon quant à d'hypothétiques augmentations des salaires. Ce à quoi Xavier Bertrand rétorque que "les paroles et les beaux discours font pendant à ceux qui agissent" en référence aux rendez-vous de l'Élysée avec les syndicats et les services publics liés aux questions de l'emploi et de la formation qui pour lui représentent une véritable avancée là où d'autres feraient du surplace.  

 

Ensuite Charles de Courson (Nouveau Centre) rappelle le redressement et la protection des dépenses du secteur public permis par une règle d'or dont il voudrait s'assurer qu'elle soit toujours un objectif prioritaire du gouvernement ?… À perche tendue, Valérie Pécresse s'empresse de remercier ce groupe parlementaire pour son acuité visionnaire au moment où il fut le premier à poser cette question sur la table. Elle s'engage donc à appliquer cette règle au budget de l'État mais regrette qu'elle ne puisse s'inscrire dans les Institutions comme le firent tous les autres pays européens… Car si tel était le cas, on ne pourrait recruter 60000 fonctionnaires ou revenir à la retraite à 60 ans comme l'envisageraient certains socialistes puisque l'institutionnalisation de cette règle d'or obligerait les gouvernements qui se succèdent à adopter la même politique budgétaire, n'en déplaisent aux socialistes…

 

Rapidement, Henri Nayrou fait l'offusqué devant les agissements policiers lors d'une visite présidentielle dans l'Ariège pour les vœux au monde rural… Gaz lacrymos, balles en caoutchouc et citoyens considérés comme des terroristes n'enlèvent en rien l'exigence d'excuses… Philippe Richert lui répond que le maintient de l'Ordre public avait atteint ses objectifs et qu'il s'agissait d'une tentative de franchissement d'un barrage des forces de l'ordre. La Sécurité fera encore l'objet de l'intervention de Jean-Louis Touraine (PS, 3ème circonscription du Rhône) qui n'hésite pas à parler d'une forme d'inconscience chez Mr Guéant et invoque le retour à une police de proximité sans qui la sécurité des citoyens ne peut être garantie…

 

Jérôme Chartier, Ump Val d'Oise, rappelle qu' "en trente ans de bouleversements mondiaux en crises internationales… la droite a toujours sût faire face à ses devoirs" et qu'il ne faut pas "se réjouir de la dégradation ou de la défaite de la France" ce qui paraîtrait indigne d'un Chef d'État… L'augmentation du coût du travail incessante a pu être endiguée par la multiplication par trois des efforts pour favoriser la recherche, la suppression de la taxe professionnelle et la réforme du régime des retraites. Ces mesures dont la droite est si fière dès lors qu'elle est appelée aux Affaires permettent "chaque fois de remettre la France sur les voies du succès économique". Au Ministre de l'économie, des finances et de l'industrie François Baroin alors d'insister sur le potentiel et les atouts (main d'oeuvre, système bancaire efficace et niveau d'épargne important) de notre pays ce qui n'empêche pas "de s'ouvrir sur le monde extérieur" ni de se pencher sur l'urgence et la nécessité de solidifier ces réformes afin de tirer les leçons de cette crise pour pouvoir converger avec une Allemagne qui pratique ces réformes depuis dix ans. Opérateurs, investisseurs sont unanimes à reconnaître les qualités de notre pays… Financement, "relocalisation", réduction du déficit public et baisse du coût du travail seront donc les points cruciaux sur lesquels le gouvernement réaffirme avec insistance marquer ainsi sa stratégie destinée à réamorcer le redressement économique.

 

Petite polémique autour de la création d'emplois soulevée par Christian Jacob (Ump, Seine-et-Marne) à l'unisson avec le Ministre Luc Chatel pour descendre en flèche un François Hollande pris ainsi au vif de son projet de développement dans lequel il voudrait garantir la création de 60000 postes supplémentaires dans l'Éducation Nationale ce qui ne fait d'ailleurs pas forcément l'unanimité dans les rangs du PS parmi lesquels certains mettent cette proposition à l'indexe, voire à la controverse. Question sur laquelle lui est demandé si il compte réaliser cela en supprimant d'autres emplois de la fonction publique. Qu'il s'agisse d'infirmières, de juristes ou d'autres fonctionnaires, "les Français ont le droit de savoir" scande Mr Chatel rajoutant même que ce soient de Mme Royal ou de Mrs Hamon ou Cahuzac, on fini par ne pas s'y retrouver ! Lançant alors d'un ton provocateur son résumé caricatural de la politique de Mr Hollande réduite au "triple i" de l'impréparation, l'improvisation et l'illusionnisme Mr Chatel retourne se rassoir d'un pas ferme qui n'aura convaincu personne !

 

André Chassaigne du Puy-de-Dôme (Gauche démocrate et républicaine) lui rétorque immédiatement que les syndicats rapportent une nouvelle et cruelle saignée réalisée une fois de plus par ce Sommet qui se traduit en "véritable racket sur le pouvoir d'achat des Français". Cette grand messe à laquelle l'ensemble des partenaires sociaux était convié le matin ne semble pas correspondre à l'éloge des résultats avancés par le gouvernement qui revendique ce courage qui aurait tant fait défaut à l'opposition, incapable de proposer des avancées concrètes mais dont la réalité qu'elle transmet fait quand même part d'une casse sociale et économique visible surtout chez les laissés pour compte. Xavier Bertrand, Ministre du Travail, de l'emploi et de la formation s'empresse de tenir la dragée haute à l'ensemble du groupe socialiste et se targue des progrès mis en avant après les réunions et propositions concrètes suggérées. Puis il en appelle à poursuivre les réformes en ce sens notamment au sujet de l'amélioration de la formation des chômeurs et l'installation de suivis personnalisés pour les personnes sans emplois depuis plus de deux ans (longue durée). Des sommes considérables sont allouées pour la formation alors que seulement 8% des inscrits à Pôle Emploi en bénéficient ce qui révèle quand même un certain nombre de blocages à lever, plus le dispositif "zéro charges" à mettre en application rapidement pour favoriser l'embauche des jeunes ; tout cela devrait favoriser la reprise d'activité pour une grande partie d'entre-eux.

 

Mr Patrick Lemasle de la Haute-Garonne (Socialiste, radical, citoyen et divers gauche) tiens à rappeler que le budget pour l'emploi pour l'année précédente avait quand même été amputé de 1,4 milliards et qu'en ce qui concerne la perte du "triple A" la France n'est que sous observation et qu'il faudra attendre la fin de l'expertise prévue pour la fin mars pour tirer les conséquences de l'observation… D'autre part, le jeu saugrenu du déplacement des TVA auquel se livre le gouvernement finira par pénaliser les usagers qui se verront infliger des augmentations du coût de la vie avec en toile de fond cet habile jonglage avec les taxes. Mais Mr Baroin semble intraitable et dans une inflexibilité abrupte rejette une telle polémique purement et simplement persuadé que son modèle est le bon.

 

Mme Berthelot déplore la réflexion émise par Nicolas Sarkozy rapportée la veille dans l'hémicycle par J-F Copé pris à parti à propos des commentaires de François Hollande sur la perte du "triple A" qui auraient été émis ailleurs que sur le sol Français ce qui pourrait constituer une offense puisque la Guyane est avant tout française ! Imbroglio total ou volonté cachée d'exiger l'instauration du droit de ne pas parler de la France en dehors du territoire, il y a de quoi pavoiser…

Commenter cet article

Archives

À propos

Articles vraqués en réaction à l'actualité et aux webspeak qu'elle suscite