Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Oct

"La France au François !" susciterait-elle déjà un engouement populaire ?

Publié par laurentgantner  - Catégories :  #Politique

profilcarrictr.jpgD'abord consterné par le manque de soutient qu'a finalement apporté le Parti Socialiste à sa candidate aux Présidentielles en 2007 à la question maintenant le sera-t-il peut-être un peu plus uni derrière son candidat au sortir de ces Primaires élargies qui par extension ne lui laisseront plus le choix et l'obligeront bien à taire ses dissensions internes et utiliser ses rivalités de points de vues pour effectuer les changements annoncés au mieux de ses prétentions nul ne saurait répondre mais les dirigeants sont unanimes : "il sont choisi leur candidat". Mais pour quel projet d'assemblage des uns et des autres, quel programme politique puisqu'il semblerait que ce qui fait le rassemblement chez les Français c'est de ne plus supporter Nicolas Sarkozy et que partir avec cet avantage peut permettre d'être moins pointilleux sur le contenu des programmes… Quelques prélèvements fiscaux supplémentaires et une attention particulière pour les services publics, une École en chantier, la formation et le chômage, une réforme bancaire liée à d'autres méthodes de capitalisation (? !) vont mobiliser les interventions discursives dans les prochains mois et tiendront la dragée haute au délabrement encaissé par deux quinquennats tenus par la droite. Le bilan de Nicolas Sarkozy n'est même pas chiffrable, il se regarde… Plus besoin d'en relever les statistiques pour en marquer les écarts qu'il a creusé… La droite nous aura au moins appris une chose ou fait découvrir un phénomène de société nouveau : le suicide professionnel ou au travail quand même en forte augmentation et concernant des secteurs d'activité devenus symptomatiques de part les coupes franches opérées par les réformes de l'UMP socialement réductrices.

Alors à bien y réfléchir sur le contenu des socialistes ce n'est pas la peine d'y aller trop fort, d'aller là où Mélenchon n'y parviendrait pas tout seul ou bien encore là où les Écologistes voudraient y aller un peu trop vite. Quelques ajustements suffiront assortis de multiples réformes pour aller dans l'autre sens de la majorité droitière au pouvoir actuellement mais pas de modifications importantes à signaler dans leur discours quant à l'organisation du tout puissant capitalisme…

Les "recettes" économiques qui se succèdent depuis la crise - qu'elles se soient taillées sur les possibilités d'alternance ou qu'elles se soient assises sur le socle d'une Union pour la Majorité Présidentielle de droite installée là par son extrême qui fut sa concurrente directe au second tour en se hissant de justesse devant une base sociale démocrate étiolée entre le choix fondamental de l'écologie pour certains de ses anciens électeurs et un intérêt prononcé pour des mouvements clairement anticapitalistes depuis le "non" refusé du Traité de Constitution Européenne - et on le voit bien dans  les autres pays européens qui pratiquent déjà l'alternance socialiste, les méthodes de traitement de la crise restent édictées par une Europe supra majoritaire d'un conglomérat de droitiers réunis en une seule grande formation politique populaire et financière baptisée Ppe (Parti populaire européen) fermement convaincue et animée du désir de régner économiquement sur l'Europe.

Garant de ses responsabilités, François Hollande se lance dans un discours fondateur saluant les volontés rassembleuses de la grande famille socialiste unie vers une échéance présidentielle dont les résultats du premier tour ne seront certainement pas à l'image de cette Primaire de monopole médiatique. À considérer cette "victoire" comme ayant été un combat entre les plus hauts élus du parti socialiste, les électeurs entendront peut-être, d'ici que les autres candidats plus à gauche ou plus engagés pour faire avancer l'écologie puissent démarrer leur campagne ; des politiques bien plus à la hauteur de leurs espoirs que le simple socialisme de contre pouvoir à la droite qui se dessine n'ose le proposer.

Reste à définir ce qu'est ou pourrait être cet "intérêt général" dont tout le monde se revendique comme si pour confirmer qu'il n'y aurait pas de grandes modifications économiques à envisager sur les ponctions démesurées effectuées sur les tranches des bénéfices. Ces sommes colossales qui disparaissent dans les poches de quelques uns ne seront jamais vides et encore moins à moitié pleines...

Commenter cet article

Archives

À propos

Articles vraqués en réaction à l'actualité et aux webspeak qu'elle suscite