Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Feb

Industrie de licenciements

Publié par laurentgantner http://www.youscribe.com/cavailles3  - Catégories :  #Économie

industrie1.jpgÀ notre "Président-sortant-patron-investisseur et père de famille" dans tous les sens de la réversibilité du terme, nous avons notre Présidons Mélenchon revenue d'une entrevue Corse encore très technique ce qui n'accentue que plus fortement sa capacité à "gérer", déjà dans sa tête, l'ensemble des problèmes et des questions qui vont secouer les semaines à venir."Gérer la crise" chez Sarkozy c'est contribuer à l'entretenir tandis que gérer l'ensemble dans sa tête permettrait de mettre efficacement une planification écologique en place - et l'interprétation rapportée à Éva Joly, qui la ramènerait aux vieilles peurs rouge-vert n'est pas anodine, pourtant elle permit de gagner le "non" sur le TCE -, d'engager une répartition des richesses plus équitable entre le grand capital et les salariés de la production ou des services, autrement dit les citoyens, enfin de créer les conditions indispensables à une stabilisation économique autour d'une déflation capable de  permettre une relance de l'intéressement qui redeviendrait ainsi rentable pour aboutir à différer des esprits profitables toujours à favoriser des cascades de milliards en évaporation.

 

Au fur et à mesure que se déroule une campagne électorale dans un quadrillage des plus strictes de l'utilisation du temps d'antenne dont la plus pitoyable des prestations revient à Mme Le Pen dans sa perte de parole face à J-L Mélenchon alors que le CSA la lui donnait, se gagne également l'élimination des candidats les plus vides de sens !… Enfin bon, c'est déjà ça de gagné et de perdu pour elle ! Il faut quand même s'arrêter un petit instant là-dessus car c'est certainement déjà dans le combat que menait Mélenchon envers son papa Le Pen à une lointaine époque qu'elle croyait oubliée - c'est là le tort qui la perdît et la rendît si fragile qu'elle ne lâchât mot - que tout d'un coup sa mémoire se rallumât en se taisant et put permettre un cour instant "analytique", d'une rare intensité, de se rendre compte que tout ce que les lepénistes disent aujourd'hui ne font rien oublier de leur passé et s'ils prétendent le contraire, il n'y a qu'à reprendre les photos du bal à loufiats de Vienne, de les lui mettre sous le nez, pour s'apercevoir de l'ampleur des dégâts et de la conception européenne que Madame envisage de faire déferler sur l'Europe. D'ailleurs l'Europe c'est déjà le pays de pas mal de monde depuis qu'ils ont laissé dire "oui" à tout alors qu'un non catégorique avait été prononcé par le peuple suite à un référendum, oublié lui aussi.

 

Mélenchon Président ou Présidons Mélenchon - tiens, voilà une autre réversibilité - n'est pas que de la boutade mais le plus important est que J-L Mélenchon a pris position en faveur des salariés menacés par la précarité de leur emploi, les appelant à rester soudés, les invitant à ne pas se résigner et proposant de ne pas se laisser humilier par un gouvernement qui serait bien trop ravi de les voir pleurer… Du baume au cœur qu'il apporte Présidons Mélenchon ! Avec un peu moins de caméras que Sarko ou Hollande en promenade sur les sites industriels et rappeler également cette multitude déjà licenciée ou qui risque de l'être ultérieurement, quoi qu'en disent le deux exemples de Lejaby et ArcelorMittal qui ressembleraient plus à une broussaille qu'à l'arbre qui cacherait la forêt d'industries toujours en difficultés qui pourraient se rajouter aux milliers de pelletées de chômeurs accumulées en cinq ans. Sarkozy envoyant Wauquiez chez les Lejaby coiffant au poteau le dépêché Montebourg de François Hollande ; chacun des candidats se réservant des interventions sur les sites industriels frappés par la crise pour tenter de débloquer des situations flottantes depuis cinq ans au moins si ce n'est pas dix, relancer la reconnaissance de la solidarité, donner à la mobilisation pas qu'une opportunité  électorale mais la continuité citoyenne devant être inscrite dans la loi ; enfin, appeler à la résistance. Mélenchon parlant immédiatement d'interdiction tandis que François Hollande parle de l'esquisse promise d'un projet de loi qui interdira la même chose… Mieux vaut tard que jamais !… Et si par hasard on parvenait à interdire tous les licenciements au moins durant les élections présidentielles ? Après on verra, il n'y aurait plus besoin de recommencer et puis ça ferait voire la vie aux patrons sous un autre angle !… Tu l'as embauché ?… Tu le gardes !… Et pas ou tu payes !

Commenter cet article

Archives

À propos

Articles vraqués en réaction à l'actualité et aux webspeak qu'elle suscite