Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 Oct

Hémicycle cherche paquet monétaire désespérément !

Publié par laurentgantner  - Catégories :  #Économie

Débat préalable au Conseil européen prévu dimanche 23 octobre

 

Les histoires de gros sous font la une des questions au gouvernement cette semaine. Dexia en première ligne, dépôt de bilan de nombreuses entreprises, hausse des taux d'intérêts internationaux pour ce qui concerne le remboursement de la dette mais aussi l'accroissement de la dette publique toujours à la rescousse des États endettés viennent pâlir un bien triste bilan de l'Ue. Avec à l'honneur aujourd'hui le Ministre chargé des Affaires européennes Jean Leonetti chargé de répondre aux différentes questions des orateurs et des Groupes parlementaires…

 

Mutualisation, mise sous tutelle des services bancaires les questions deviennent intéressantes et les propositions ne manquent pas. Témoignant toutes de règles de marché devenues archaïques au lendemain des accords du Traité de Lisbonne, il faut bien reconnaître que d'avoir trop joué sur de multiples formes de spéculations, la BCE s'est emballée…Banque centrale Européenne "qu'il a fallut sauver au prix des peuples" (Jean-Paul Lecoq) !

 

Et pourtant ne nous dit-on pas souvent avec insistance que nous avons affaire et qu'il faille faire confiance à d'éminents gestionnaires… À cet effet Pierre Lequiller à beau rappeler la nième rencontre du couple franco allemand au sujet de nouvelles propositions plus solides que jamais pour intégrer l'Euro et citer la nouvelle recapitalisation des banques cela n'empêche pas pourtant que l'appauvrissement au détriment de certains États se fait nettement ressentir et n'enlève en rien à la difficulté économique que traverse les différents États membres.

 

Christophe Caresche met en avant la nécessité urgente d' "une restructuration beaucoup plus importante" et d'une autre envergure que celle qu'a connue la Grèce. L'ampleur et l'amplitude amenées donc à changer devraient permettre aux financements publics de s'associer à la capacité de décision supposée apporter une régulation financière pragmatique en Europe. Convenu que la situation difficile que rencontrent les pays devraient conduire à prendre des décisions "impératives et courageuses" pour Jean Leonetti qui en appelle également à "la confiance et à la détermination" des intervenants dans ce qu'il serait souhaité être un débat démocratique pour que les réflexions par rapport à une dette souveraine débouchent sur une Europe plus forte et plus solide alors que trois recapitalisations égaleraient plutôt à trois fois plus pauvres dans les esprits vulgaires… Mais non, derrière un subtil calcul de pourcentage par exemple pour la Grèce dont les 2% de la dette équivaudraient à 4% du budget de la CEE en valeur chiffrée montreraient que le problème n'est pas insurmontable…

 

Les groupes se succèdent avec pour chacun certaines spécificités évoquées à partir de problèmes particuliers précis comme par exemple ce cris d'alarme des agriculteurs cité par le Nouveau Centre (Yvan Lachaud) qui demande de nouvelles fiscalisations plus harmonieuses pour la PAC afin d'éviter que ne se développe trop de concurrence déloyale… Philippe Cochet (UMP) signale que les ajustements simplement économiques ne suffiront pas mais qu'il faut mettre plus de politique dans la vie institutionnelle tandis que pour Jacques Myard (UMP) "l'Europe doit s'amaigrir" d'une politique qui pendant un temps a financé à tout va les dumping financier, politique et économique pratiqués par des monnaies faibles qu'il faudrait renforcer pour que la réponse claire de la compétitivité et de la croissance puisse s'imposer.

 

Allant presque dans le même sens l'intervention socialiste qui plaide pour une "gestion inter étatique" qui puisse affronter ensemble les problèmes techniques des différents États pour être plus fort et "capable d'assurer un minimum de croissance" aux économies respectives de chaque pays.

 

François Bayrou (MoDem, non inscrit) quand même assez pessimiste sur la question pour ne pas dire taciturne loue les intentions mais relève cependant une inadéquation entre le discours et la réalité qui n'empêchera pas "un mouvement de contamination". Cette mise en garde n'empêchera pourtant pas Robert Lecou (UMP) d'insister sur le G20, prévu de se réunir les 3 et 4 novembre prochain, comme étant le seul régulateur économique et l'unique marque de confiance internationale en matière de gestion des crises. Ainsi "les hésitations de la gouvernance européenne" devraient disparaître et laisser place à une coordination économique pour la prospérité des États et le bien-être des peuples… Ce à quoi Marie-Line Reynaud (PS, SRC) pense plutôt que toutes ces solutions proposées pour contrer la dégradation et l'intensification des crises successives - la crise 2008 qui concernait les banques et celle d'aujourd'hui qui concerne les dettes de ces mêmes banques accumulées entre temps - ne sont qu'un effet d'annonce plutôt que des mesures réelles capables d'infléchir la tendance...

 

urneElectorale.jpg

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Articles vraqués en réaction à l'actualité et aux webspeak qu'elle suscite